Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Let's talk :: Archives :: RPs abandonnés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ceux qui ont le moins de chance de s'accorder finissent souvent par trouver une belle harmonier (ft. Yuri)

avatar
Invité
Invité
Sam 8 Oct - 2:20
Invité

YURI ※ MIN KICEUX QUI ONT LE MOINS DE CHANCE DE S'ACCORDER FINISSENT SOUVENT PAR TROUVER UNE BELLE HARMONIE. Tous les couloirs se ressemblaient plus ou moins, et j'avais l'impression que les murs bougeaient quand j'arrivais, comme dans un labyrinthe. Je devais être maudit. Oui, ça devait être. D'un autre côté, ce ne devait pas vraiment être une malédiction puisque j'avais réussi à échapper à ce que je ne voulais pas faire initialement. Mon manager m'avait forcé la main pour que j'accompagne la productrice dans cette grande école après que j'aie refusé de jouer avec tous les – soi-disant – acteurs qu'ils avaient envoyé dans mon film. Ils étaient tous jeunes, donc inexpérimentés, ça, je l'avais bien compris, mais ils n'étaient plus trainee alors ils se prenaient vraiment dans des acteurs célèbres. Et c'est ce type de personne qui m'agaçait le plus. Qui était arrivé dans ce milieu comme une fleur, qui se prenait encore plus pour une diva que Mariah Carrey, et qui en réalité n'avait pas assez de maturité pour jouer ce rôle. Si je ne disais habituellement rien sur les films dans lesquels je jouais, à l'exception de mon rôle, j'avais dis ce que je pensais des sept acteurs qu'elle avait envoyé. Aucun ne correspondait au rôle, clairement. Ils étaient aussi forcés de s'en rendre compte – enfin, même sans mes remarques ils l'avaient bien vus mais personne ne disait rien pour faire avancer le film – cependant, comme j'ai été celui qui a parlé en premier, cela devait apparemment être à moi de le choisir. Et je n'en avais aucune envie. Mon travail consistait juste à faire un bon film, si pour cela je dois demander à ce que l'on retire quelques acteurs dont le jeu est mauvais, je le ferais, mais en recruter d'autres, non merci. Je n'étais ni le producteur, ni le réalisateur. Et pour couronner le tout, j'aurais dû en choisir un qui étudiait encore à l'université. Pour cela, j'était d'accord, celui qui jouerait ce rôle serait encore à l'université, mais je ne le choisirais pas. Je n'étais personne pour juger que tel étudiant est meilleur que celui-ci, ou pour dire que celui-ci serait plus compétent. Alors, dès que j'en avais eu l'occasion, je m'étais eclipsé discrètement, chose qui n'avait pas été difficile du tout.

Silencieux comme jamais, je m'étais enfoncé rapidement dans les couloirs de l'université, regardant à peine où j'allais. Je voulais aller le plus loin possible d'eux pour qu'il ne me retrouve pas et qu'il trouve quelqu'un sans moi. J'avais dis que je ne voulais pas le faire. Je n'étais pas assez expérimenté pour savoir qui serait le meilleur acteur, la productrice était plus aise à mon humble avis, et mon manager était aussi là pour l'aider. Alors j'avais quitté l'aile ouest. Je ne savais pas vraiment où je me trouvais mais je ralentissais la cadence. D'ici à ce qu'il me retrouve, j'avais du temps.

Les couloirs étaient vides, je n'avais croisé presque personne, juste deux trois étudiants trop concentré sur les feuilles qu'ils tenaient entre les mains pour voir qu'ils n'étaient pas seuls. Quand j'étais à leur place, ça marchait comme ça aussi, il y avait toujours pleins d'étudiants qui marchaient cahier à la main et qui ne faisaient attention à rien d'autre que cela. Je n'avais jamais réussi à me concentrer autant qu'eux dans les couloirs, c'est pourquoi je les admirais.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Sam 8 Oct - 17:32
Invité
 
Kim Yuri ft Seo Min Ki


Ceux qui ont le moins de chance de s'accorder finissent souvent par trouver une belle harmonie.


Une poubelle, pleine de papier, débordait dans la salle qu'utilisait une compositrice. Une mélodie courte résonnait par moment. Une étrange atmosphère emplissait cette salle à moitié éclairée.

Yuri avait un problème. Un problème que son frère jumeau ne pourrait pas l'aider à résoudre. Un problème qu'elle devait affronter seule. Ses examens. La jeune femme était assis devant un piano, elle avait réuni ses partitions préférées, une bouteille d'eau, des milliers de crayons et de feuille de papier à musique. Et la compositrice avait décidé de ne pas sortir de cette salle avant d'avoir réussi à en venir à bout.

Un nouveau vracas de son résonna dans la petite pièce. Elle venait de frapper le clavier sous le coup de l'énervement. La brune avait beau relire et relire ses notes qui devaient l'aider à aboutir sur un morceau potable, elle n'arrivait à rien.
Elle n'avait écrit que deux misérables lignes sur sa feuille uniquement noirci de portée.

Elle était légèrement découragée, un soupir s'échappa de ses lèvres. Son regard dériva sur le clavier qui lui faisait face, semblable à une bouche faites de touches noires et blanches qui voulaient la dévorer.

"Je finirais bien par y arriver..."

Elle fouilla dans ses partitions pour sortir un assez vieux recueil. Il semblait tombé en morceaux. Lorsque Yuri le plaça à la bonne page sur le pupitre devant elle, un sourire naquit sur son beau visage.

C'est ainsi que pour se détendre et réussir à écrire quelques choses de correcte, elle se mit à jouer Clair de Lune de Debussy.

(https://www.youtube.com/watch?v=ruf5I4eQHY8)

Après tout, la musique finirait bien par revenir quand elle se laisserait aller, quand elle changerait le morceau du compositeur pour en faire quelques choses de totalement différent.


BY. MANOBLACK

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Dim 9 Oct - 0:22
Invité

YURI ※ MIN KICEUX QUI ONT LE MOINS DE CHANCE DE S'ACCORDER FINISSENT SOUVENT PAR TROUVER UNE BELLE HARMONIE. Je marchais sans réel autre but que de trouver la sortie pour rejoindre la voiture et les attendre là-bas. Pourquoi pas même trouver le restaurant universitaire, j'aurais bien mangé quelque chose. Je tentais donc revenir sur mes pas puisque j'avais cru, au bout d'un couloir, apercevoir un grand hall. Il y aurait, certainement là-bas, beaucoup plus de monde aptes à me guider qu'ici. Je n'osais guère déranger ses étudiants qui étaient concentrés sur leurs travaux. J'avais un jour était à leur place, et même si ce n'était pas la même université, je savais tout de même la pression qu'il y avait sur leurs épaules pour tenter de réussir à percer. J'avais dû moi-même renoncer à la moitié de ma passion, cela fut très dur et je ne souhaitais à personne de vivre ce que j'ai dû vivre.

Même si cela faisait quelques années maintenant que c'était passé et que presque tout s'était arrangé depuis, j'y pensais encore régulièrement. Je culpabilisais toujours d'y penser parce que j'avais l'impression d'incriminer ma mère, de la rendre coupable de tout cela ce qui n'était pas du tout le cas. J'avais renoncé à la chanson, à faire carrière là-dedans mais aussi de chanter tout court, même seul chez moi, dans la voiture, sous la douche, parce que je suis triste ou heureux. Simple spectateur de ce monde, j'avais abandonné l'idée d'un jour en faire parti avec une grande déception. Une déception aussi grande que la douleur que je ressentais à cette époque.

Epoque résolue. J'étais heureux aujourd'hui d'être un acteur. Surtout que je n'étais pas mauvais du tout dans ce domaine, et ce n'était pas du tout de la prétention, plutôt un simple constat des performances que j'avais vu de moi mais aussi des retours de ceux qui ont vu mes travaux ainsi que des spectateurs. Même si je n'étais pas le meilleur - je le savais bien - j'étais plutôt bon et je savais incarner mes rôles avec beaucoup d'émotion et de vérité. Je n'essayais pas d'en faire trop ou de faire d'un rôle « mon faire-valoir » comme certains de mes collègues le faisaient. C'était aussi pour cela que je refusais d'aller choisir un étudiant pour incarner un rôle. Quand j'étais à leur place, personne ne m'aurait choisi, personne n'aurait cru que j'en serais là aujourd'hui, et pourtant... Et pourtant...

Je refusais même de sortir mon téléphone de la poche de mon manteau qui ne cessait pourtant de vibrer. Je ne voulais même pas parler à mon manager, je n'étais pas d'humeur. Je voulais simplement être seul et avoir un bon camarade de jeu, quelqu'un qui s'impliquerait dans son rôle et dans son jeu, qui tenterait de le comprendre et de le faire comprendre aux futurs spectateurs.

Quand je sentis enfin les vibrations cesser d'elle-même, j'entendis mon nom derrière moi. Sans même me retourner, j’accélérais le pas, tournais à nouveau dans un couloir avant d’entrebâiller une porte. Il semblait n'y avoir personne. J'ouvris un peu plus. Mauvaise impression. Il y avait une jeune fille. Que faire ? Elle semblait concentrée... Elle ne se rendrait sûrement même pas compte de ma présence. Il allait bientôt arriver. Tant pis. J'ouvris donc la porte avant d'entrer dans la pièce et de refermer la porte aussi délicatement que je l'avais ouverte – premièrement pour ne pas me faire griller par celui qui me poursuivait, et deuxièmement pour ne pas déranger l'étudiante qui semblait plonger dans ses partitions.

Elle était dos à moi, je ne voyais donc qu'une mince silhouette et une longue chevelure brune. Elle jouait du piano, merveilleusement bien d'ailleurs. La délicatesse avec laquelle ses doigts frôlaient les touches me donnaient l'impression qu'elle aimait ce morceau mais aussi qu'elle prenait du plaisir à le jouer. Mais, à être ainsi à la porte, à l'écouter de manière clandestine, j'avais l'impression de voler une partie de sa vie privée. Je dépassais une limite que je ne devrais pas franchir avec une totale inconnue. Je devrais m'annoncer. J'aurais dû m'annoncer. Mais ce que j'entendais était tellement beau que je n'osais pas la déranger. Je voulais qu'elle le finisse, sinon je serais frustré.

Etait-elle musicienne ? Si tel était le cas, elle était douée pour transmettre les émotions. Je ne m'y connaissais pas assez pour juger vraiment la qualité du morceau ou pour savoir si il était complexe ou non, cependant, je savais que j'aimais écouter. Quoi de mieux pour un musicien que d'apprendre que les gens aiment ce que vous faites ? Rien, non ? L'atmosphère était apaisante, tant et si bien que j'avais complètement oublié que j'étais entré dans cette pièce parce que mon manager était à mes trousses jusqu'à je sente à nouveau les vibrations de mon téléphone que je décidais d'éteindre finalement. Un moment d'accalmie, une douce mélodie dans les oreilles, c'est tout ce que je demandais à présent.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Dim 9 Oct - 9:45
Invité
 
Kim Yuri ft Seo Min Ki


Ceux qui ont le moins de chance de s'accorder finissent souvent par trouver une belle harmonie.


Yuri était dans son monde. Totalement absorbée par le mouvement de ses doigts qui faisaient ainsi résonné les sons.

Et soudainement, elle se laissa emporté. Elle en accéléra le rythme, en changea les notes, l'atmosphère si calme s'enflamma. Il fallait à ses yeux que ce morceau ne soit plus celui de Debussy. Il fallait à ses yeux qu'il devienne tout autre. Bien autre chose qu'une simple berceuse. Il fallait qu'il devienne la composition qu'elle devrait présenter à son examen.

Il fallait que cela ressemble à quelques choses de convainquant et touchant. Il fallait que cela fasse grande impression, que cela marque les esprits, que cela résonne, qu'après l'avoir écouter, les jurys s'en rappellent, bien longtemps après qu'elle l'eut joué.

Avec toutes ses choses en tête, elle laissait ses mains dansées autour du clavier.

Elle voulait rendre ses parents fiers d'elle, leur montrer que venir ici n'avait pas été une erreur, ni même une mauvaise idée. Qu'elle pouvait suivre Daeho dans le monde artistique parce qu'elle aussi était talentueuse que lui.

Yuri n'était pas jalouse de son frère, loin de là. Mais elle voulait lui montrer qu'elle était forte, qu'elle pouvait créer des musiques sur lesquelles il danserait plus tard. C'était d'ailleurs un de ses rêves. C'était pour cela qu'elle devait faire de son mieux, non, qu'elle devait réussir tous ses examens avec brio.

Lorsque ses doigts s'arrêtèrent, elle fut satisfaite. Ou plutôt elle se dit que ce n'était pas trop mal.

"Je suppose que ça ira..."

Et la compositrice n'avait toujours pas remarquer la présence derrière elle quand elle se mit à noter les accords et les rythmes qu'elle venait de jouer.

HRP:
 

BY. MANOBLACK

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Dim 9 Oct - 11:02
Invité

YURI ※ MIN KICEUX QUI ONT LE MOINS DE CHANCE DE S'ACCORDER FINISSENT SOUVENT PAR TROUVER UNE BELLE HARMONIE. Le doux morceau que j’appréciais écouter se transforma un peu, il devint plus rapide, jusqu’à ce que la fin du morceau ne ressemble plus du tout au début. C’était impressionnant comme ce que j’avais pris pour une douce et calme mélodie se change complètement en quelque chose de plus passionné. Même la jeune fille avait changé sa manière de jouer, elle mettait plus d’énergie, plus de passion et d’enthousiasme, emportée par la vitesse à laquelle elle jouait.

Étrange impression. Mon coeur semblait battre au rythme extrêmement rapide qu’elle jouait, comme si l’écho se répercutait sur lui pour l’entraîner dans sa course folle. Et, bien que ce soit un morceau beaucoup plus passionné, je me sentis immédiatement nostalgique. La raison ? Inconnue. Je ne savais jamais ce qui causait mes changements d’humeur, je passais de la joie à la colère, ou de l’agacement à la nostalgie en quelques secondes. Pas encore bipolaire, mais bien lunatique oui. C’était aussi pour cela que mon manager courrait après moi, hier, j’avais trouvé qu’aller à l’université était une bonne idée mais dès que j’ai su que je serais le recruteur, j’ai changé d’avis, d’humeur, et comme d’habitude, je m’étais enfermé dans mon silence. Si je ne communique rarement - ou d’une mauvaise manière - mes changements d’humeur, ce n’est qu’une question de respect.

La musique finit par s’arrêter, laissant un silence assourdissant dans la salle que la jeune fille finit par briser. Je supposais aussi, que cela irait. Je ne savais pas pourquoi cela devait aller, mais c’était si beau et ça transmettait tellement d’émotion que cela ne pouvait qu’aller. Jouer avec tant de passion, d’honnêteté et de profondeur ne pouvait qu’être récompensé. Et je fus agréablement surpris de voir qu’elle semblait satisfaite de ce qu’elle avait fait. Elle avait l’air d’avoir travaillé durement depuis quelques heures au moins et elle reconnaissait la véritable qualité de son travail.

Je ne comprenais pas les totales insatisfaites ou ceux qui croyaient, au plus profond de leur être, que ce qu’ils faisaient n’était toujours que moyen. Il suffisait de prendre du recul, de regarder de manière objective leur travail, de se fier à ce qu’ils avaient ressenti en faisant leur travail, que ce soit musique, chant, comédie ou n’importe quelle autre performance. Se remettre en question était une chose , connaître ses capacités en étaient une autre. Bien sûr qu’être prétentieux rendait souvent le travail plus laid que ce qu’il devait être, mais un peu de confiance en soi n’avait jamais tué personne et cela permettait de garder les pieds sur terre, mais aussi de ne pas s’aventurer sur des terrains dangereux sur lesquels on ne connaissait rien. Oui pour l’apprentissage, non pour un essai d’imitation ‘parce-que-c’est-à-la-mode’. Être soi-même, accepter de dire que l’on peut faire des choses biens autant qu’on en fait des mauvaises.

Elle notait sur sa feuille des choses. Des notes peut-être ? Pourquoi ferait-elle ça ? Elle n’avait qu’à jouer ce qu’il y était écrit, non ? À moins qu’il n’y avait rien d’écrit. J’avais donc vu une séance de composition improvisée et à la création d’un morceau. Étrange puisque j’avais l’impression de connaître le début du morceau, même si le titre ne me revenait pas. Je ne connaissais rien à ce monde, la composition n’était pas mon truc, alors peut-être était-ce normal. J’hésitais à nouveau à aller la voir, à lui parler, mais j’avais peur d’aller la voir et de lui faire perdre ce qu’elle devait écrire. Savoir rejouer ce que vous aviez improvisé devait être très dur sans partition pour vous aider.

Je décidais donc de rester à ma place en attendant qu’elle finisse d’écrire ce qu’elle ne devait pas perdre. J’enlevais donc mon écharpe, j’avais chaud. Vraiment très chaud, alors j’enlevais aussi mon manteau. Un léger tintement de clé se fit alors entendre de mes poches, je relevais très vite la tête vers la jeune fille pour voir si elle avait été dérangée...

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Dim 9 Oct - 20:08
Invité
 
Kim Yuri ft Seo Min Ki


Ceux qui ont le moins de chance de s'accorder finissent souvent par trouver une belle harmonie.


Le silence avait empli la salle, Yuri écrivait rapidement les notes, sans trop se soucier de la propreté de sa partition. Il lui fallait pour l'instant attraper toutes les brides de ce qu'elle venait de jouer pour les retranscrire sur le papier de la façon la plus exacte possible.

La jeune fille allait arriver à la fin quand tout à coup, un bruit brisa le doux silence qui régnait dans la pièce. Elle releva la tête de son travail, soudainement stressée. Si la jeune fille n'avait pas vraiment honte, elle n'appréciait pas qu'on l'écoute en plein travail. Parce que ses périodes de productions n'avaient aucun sens, et que tant qu'elle n'assemblait pas le tout, cela semblait juste être un mélange de son assourdissant sans début et sans fin.

Elle se retourna rapidement après un moment d'hésitation. Yuri n'était pourtant pas timide, mais l'idée qu'on ait pu écouter sa musique n'aidait pas à la calmer. Qui était cet inconnu qu'elle observait de la tête aux pieds ? Avait il aimé ? Avait il été touché ? Pourquoi il était là ?

Elle pinça ses lèvres, agacée par son propre manque de réaction. Que devait elle dire, que devait elle faire ? Elle se leva et commença à ranger ses affaires.

"Excusez moi, pourriez vous me dire la raison de votre présence dans cette salle ? Je ne crois pas vous avoir déjà vu parmi les élèves qui font le cycle de composition de cet établissement."

Son ton lui parut plus froid qu'elle ne l'aurait voulu, mais une légère panique l'avait prit et elle se devait de garder une certaine contenance.

Comment aurait elle pu reconnaitre Seo Min Ki quand elle n'avait plus le temps de regarder des films ? Elle ne l'avait tout bonnement jamais vu. Peut être avait elle entendu vaguement son nom, mais ce n'était clairement pas le monde qu'elle fréquentait.

Aussi elle se contenta de mettre les partitions dans son sac, pour ensuite l'observer les bras croisés, en tenant le papier sur lequel elle avait écrit un peu plus tôt, roulé en un sorte de tube. Si le jeune homme en face d'elle lui faisait peur, elle était prête à l'utiliser comme arme pour se protéger. Sa posture avait quelques choses de défensif et son regard continuait de chercher à savoir si l'inconnu était dangereux ou non.

BY. MANOBLACK

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hopeless Choice :: Let's talk :: Archives :: RPs abandonnés-
Sauter vers: